Nouvelles

Kalmia III ATA-184 - Historique

Kalmia III ATA-184 - Historique

Kalmia

III

(ATA-184: dp. 835; 1. 143'; n. 33'10"; dr. 13'2"; s. 13 k.; cpl. 45; a. 1311, 2 20mm. ; cl. Maricopa)

Le troisième Kalmia (AT-184) a été déposé sous le nom d'ATR-111 le 27 juillet 1944; redésigné ATA-184 le 15 mai 1944; lancé le 29 août par Levingston Shipbuilding Co., Orange, Texas ; et mis en service le 6 novembre sous le nom d'ATA-184, sous le commandement du lieutenant (j.g.) W. E. Hummel.

Après le shakedown, l'ATA-184 a quitté la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, le 10 décembre pour le Pacifique Sud-Ouest avec l'APL-9 en remorque. Transitant le canal de Panama le 27 décembre, elle a ajouté ATR-64 ​​à ses lignes de remorquage le 2 janvier 1945, a navigué via les Galapagos et les îles de la Société et est arrivée à l'île de Floride, aux Salomon, le 16 février pour livrer l'ATR-64 ​​pour le service. Le lendemain, en tant qu'unité de l'escadron de service 3, l'ATA-184 a navigué vers l'île de Manus, dans l'Amirauté, et est arrivé le 22 avec l'APL-9. Après le remorquage et le service de sauvetage à Manus et Hollandia, Nouvelle-Guinée, elle a fumé pour les Philippines le 27 mars avec YRDH-3 et YRDM-3 dans le remorquage en tandem. En arrivant à la Baie de Subic, Luzon, le 14 avril, elle a commencé des opérations de remorquage et de sauvetage dans toutes les Philippines qui s'étendaient du nord de Luzon au sud de Palawan et Mindanao. Après une course de remorquage vers la baie de Brunei, Bornéo, l'ATA-184 a dégagé la rade de Guinan, Samar, le 22 juin et est revenu à Manus le 29.

L'ATA-184 s'est rendu aux îles Russell, aux Salomon, le 4 juillet. Alors que le remorqueur opérait au large de l'île de Hui le 12 juillet, une grande quantité, estimée entre 9 et 26 tonnes, de dynamite détériorée et condamnée a explosé sur l'île, causant des dommages mineurs au remorqueur. Elle a quitté les Russells le 17 juillet pour Guinan, Samar, avec cinq barges de ponton en remorque. En arrivant le 6 août, elle a repris le devoir de remorquage dans le Golfe de Leyte jusqu'à ce qu'elle ait navigué le 18 août pour l'Île Manus pour remorquer deux cales sèches de ponton à Luzon. L'ATA-184 a atteint la baie de Subic le 11 septembre et a commencé à remorquer entre la baie de Subic et Guinan. Du 2 au 7 octobre, il a opéré dans la zone des typhons au nord-est de Luzon et a récupéré les remorqueurs portuaires YTB-377 et YF-572 à la dérive. Pendant le novembre et le décembre elle a opéré de San Fernando, Luzon, sur les patrouilles de sauvetage et de sauvetage de typhon du nord de Luzon, en sauvant quatre hommes le 26 décembre d'une barge d'armée à la dérive.

L'ATA-184 a continué les opérations de remorquage et de sauvetage au large de l'ouest de Luzon jusqu'à son départ de la baie de Subic le 30 avril 1946 avec l'APL-19 en remorque. En fumant via Guam et Bikini Atoll, elle est arrivée à Pearl Harbor le 7 juin et a continué le 11 juin avec l'APL-21 en remorque pour la Côte Ouest. Arrivé à Astoria, dans l'Oregon, le 23 juin, l'ATA-184 a été désarmé le 24 juin et est entré dans le groupe du fleuve Columbia, flotte de réserve du Pacifique. Le 16 juillet 1948, elle a été nommée Kalmia (ATA1-84). Mis en service le 1er avril 1952, il quitte Astoria le 24 avril pour San Diego, où il est remis en service le 5 mai sous le commandement du lieutenant T.P. Dorr.

Attaché au 11e district naval depuis sa remise en service, Kalmia a opéré à partir de San Diego, fournissant un service précieux au Commandement de l'entraînement en cours pendant les opérations d'entraînement et de préparation des navires de combat de la Marine. En tant que lien intégral dans la formation des navires de combat de la Marine, en particulier les destroyers, au tir, elle a remorqué des traîneaux cibles dans la zone d'opérations de Californie du Sud. Équipé d'une catapulte de lancement hydraulique sur sa proue, il est l'un des plus petits "porte-avions" de la Marine en lançant, contrôlant et récupérant des drones cibles lors d'exercices de tir antiaérien et aérien. Elle remorque et entretient également des cibles de bombes et récupère des torpilles et des mines d'entraînement. Lorsqu'il n'est pas en mer, il fournit une variété de services importants dans les ports de San Diego et de Long Beach, remorquant des navires en réserve vers et depuis la révision, aidant les navires en panne ou échoués, et déplaçant une multitude d'engins de chantier et une grande quantité d'équipements variés. . Cheval de bataille flottant, Kalmia continue de fournir des services essentiels au 11e district naval et à la flotte du Pacifique jusqu'en 1967.


Liste des serveurs Dell PowerEdge

Dell PowerEdge est une gamme de serveurs de Dell, suivant la convention de dénomination des autres produits Dell : le PowerVault (stockage de données) et le PowerConnect (transfert de données et commutateurs d'amplification).

Vous trouverez ci-dessous un aperçu des serveurs actuels et anciens de la gamme de produits Dell PowerEdge. Différents modèles sont ou étaient disponibles sous forme de tours, de racks 19 pouces ou de lames. Dans le schéma de nommage actuel, les tours sont désignées par T, racks par R, et les lames par M (pour modulaire). [1] Les serveurs rack 19″ se déclinent en différentes hauteurs physiques exprimées en unités rack ou U. La plupart des serveurs modernes ont une hauteur de 1U ou 2U alors que dans le passé, le 4U était plus courant.


DISTRIBUTION ET OCCURRENCE

ÉCOSYSTÈMES [39] :
FRES10 Pin gris blanc
FRES11 Epicéa-sapin
FRES12 Pin à longue feuille
FRES13 Pin à encens
FRES14 Chêne-pin
FRES15 Chêne-hickory
FRES18 Erable-hêtre-bouleau

ÉTATS/PROVINCES : (clé des abréviations des états/provinces)
ÉTATS UNIS

AL CT DE Floride Géorgie
DANS KY LA MOI MARYLAND
MA MME NH New Jersey SC
New York NC OH Pennsylvanie IR
TN Vermont Virginie VM CC

CANADA

QP

KUCHLER [39] ASSOCIATIONS VÉGÉTALES :
K096 Épinette-sapin du nord-est
K097 Épinette-sapin du sud-est
K098 Forêt de plaine inondable du nord
K099 Forêt d'érable à tilleul
Forêt de chênes-hickory K100
K101 Forêt d'ormes et de frênes
K102 Forêt de hêtres et d'érables
K103 Forêt mésophytique mixte
K104 Chêne des Appalaches
K106 Feuillus nordiques
K107 Forêt de feuillus du nord-sapin
K108 Forêt de feuillus nordiques-épicéas
K109 Transition entre K104 et K106
K110 Forêt de chênes-pins du nord-est
K111 Chêne-hickory-pin
K112 Forêt mixte du sud
K113 Forêt de plaine inondable du sud
K114 Pocosin

TYPES DE COUVERCLES SAF [37] :
1 pin gris
5 Sapin baumier
12 Épinette noire
14 Chêne pin du Nord
15 Pin rouge
17 broches cerise
18 Bouleau à papier
19 Bouleau gris érable rouge
20 Pin blanc-chêne rouge du nord-érable rouge
21 Pin blanc de l'Est
22 Pin blanc pruche
23 Pruche du Canada
24 Bouleau jaune pruche
25 Érable à sucre-hêtre-bouleau jaune
26 Érable à sucre-tilleul
27 Érable à sucre
28 Érable-cerisier noir
30 Épinette rouge à bouleau jaune
31 Épinette rouge-érable à sucre-hêtre
32 Épinette rouge
33 Épinette rouge-sapin baumier
34 Épinette rouge-Sapin Fraser
35 Bouleau à papier-épinette rouge-sapin baumier
39 Frêne noir-orme d'Amérique-érable rouge
40 Post chêne-chêne blackjack
42 Chêne à gros fruits
43 Chêne des ours
44 Chêne châtaignier
45 Emplacement pin
50 robinier
51 Chêne pin blanc
52 Chêne blanc-chêne noir-chêne rouge du nord
53 Chêne blanc
55 Chêne rouge du Nord
57 Peuplier jaune
58 Peuplier jaune-pruche de l'Est
59 Peuplier jaune-chêne blanc-chêne rouge du nord
60 Hêtre-érable à sucre
62 Érable argenté-Orme d'Amérique
64 Sassafras-kaki
65 Pin chêne-sweetgum
70 Pin des marais
71 Chêne broussaille de pin des marais
74 Chou palmiste
75 Pin à feuilles courtes
76 Chêne à feuilles courtes
78 Pin de Virginie
79 pin de Virginie
80 Pin à encens-pin à feuilles courtes
81 Pin à encens
82 Pin à encens
83 Pin des marais
84 Slash pin
85 Slash pin-feuillus
87 Sweetgum-jaune-peuplier
88 Chêne saule-chêne d'eau-chêne à feuilles de diamant (laurier)
89 Chêne vivant
91 Châtaignier des marais-chêne écorce de cerisier
92 Chêne Sweetgum-saule
93 Sugarberry-American orme-vert frêne
94 Sycomore-sweetgum-orme d'Amérique
96 Overcup chêne-eau caryer
107 Épinette blanche
108 Érable rouge
109 Aubépine
110 Chêne noir

TYPES DE COUVERTURES SRM (PRANGERS) [102] :
421 Cerise de Virginie-amélanchier-rose
809 Feuillus mixtes et pin
810 Collines de pins des marais et de chênes dindes
812 bois plats du nord de la Floride

TYPES D'HABITATS ET COMMUNAUTÉS VÉGÉTALES :
Le laurier des montagnes est présent dans le sous-étage de divers types d'habitats et de communautés végétales dans l'est de l'Amérique du Nord. Il peut être trouvé dans de nombreuses associations végétales des États du sud et du centre de l'Atlantique. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une liste exhaustive ou définitive, ce qui suit sont des exemples spécifiques de communautés dans lesquelles le laurier de montagne peut être trouvé.

Le laurier de montagne se trouve dans les ouvertures ou les peuplements ouverts de épicéa-sapin (Picea-Abies spp.) des forêts des hautes terres arboricoles centrales et méridionales des Appalaches, des sommets des montagnes et des « balds » (voir ci-dessous) [16]. Ces types de forêts sont dominés par l'épinette rouge (P. rubens) mais peuvent fusionner avec des forêts mixtes de feuillus ou de feuillus nordiques sur les pentes inférieures. Les associés communs de l'étage dominant comprennent le sapin Fraser (A. fraseri), buckeye jaune (Aesculus flava), bouleau doux (Betula lenta) et cerise noire (Prunus sérotine) [38,41]. Les associés communs du sous-étage comprennent les rhododendrons (Rhododendron spp), le sorbier d'Amérique (Sorbus américain) et possumhaw (Viorne nudum var. cassinoides) [2,66,111]. D'autres associés du sous-étage comprennent la canneberge en corymbe (V. éduquer), le houx des montagnes (Ilex montana), aulne moucheté (Alnus rugosa), pin cerisier (P. pensylvanica), amélanchier (Amélanchier spp.), framboises (Rubus spp.), myrtilles (Vaccinium spp.), et les myrtilles (Gaylussacie spp.) [100,128]. Dans les peuplements fermés d'épinettes rouges, les mousses, les lichens et les lycopodes (Lycopode spp.) dominent le sous-étage avec d'autres espèces tolérantes à l'ombre telles que l'oxalide (Oxalis spp.), trille (Trille spp.), et la gaulthérie (Gaultheria procumbens) [127].

Heath "balds" qui se forment le long des sommets des plus hauts (>4000 pieds (1200 m)) des pics des Appalaches méridionales et centrales sont dominés par des fourrés denses d'arbustes éricacées. Le laurier de montagne est une espèce dominante de ces habitats ou peut co-dominer avec le laurier rose de Catawba (Rhododendron catawbiense) aux écotones subxériques/submésiques [16,128]. Cependant, une différence considérable dans la distribution de ces 2 espèces est présente sur un gradient d'altitude. Le laurier de montagne a tendance à favoriser les chauves de basse altitude alors qu'au-dessus de 6000 pieds (1800 m), où les chauves les plus hauts existent, le laurier rose de Catawba est commun [4,5,9,17]. Les associés d'arbustes communs incluent le rosebay Catawba, l'aronia noir (Photinia melanocarpa), le poivron des montagnes (Clethra acuminata), bleuet en corymbe (Vaccinium corymbosum), le houx des montagnes, le possumhaw, les mûres et le sorbier d'Amérique. L'abondance herbacée est limitée par ces fourrés denses [44,100,127].

Le laurier des montagnes est une composante courante du sous-étage de forêts de feuillus du nord. Ces forêts se trouvent généralement à des altitudes moyennes à élevées dans le centre et le nord des Appalaches, passant souvent à des forêts d'épinette/sapin ou de feuillus mixtes à des altitudes plus ou moins élevées, respectivement [103,111,128]. Les espèces d'arbres de l'étage dominant comprennent l'érable à sucre (Acer saccharum), tilleul (Tilia américaine), bouleau jaune (B. alleghaniensis), cerise noire, épinette rouge, épinette blanche (Picea glauca), hêtre américain (Fagus grandifolia), le pin blanc (Pinus stroboscopique), la pruche du Canada (Tsuga canadensis), le chêne rouge du nord (Quercus rubra), chêne blanc (Q. alba) et le peuplier jaune (Liriodendron tulipifera) [100,103]. Les associés du sous-étage comprennent le noisetier à bec (Corylus cornuta), le cuir de l'Est (Dirca palustris), sureau rouge (Sambucus racemosa var. racemosa), cornouiller alterné (Cornus alternifolia), le chèvrefeuille (Diervilla lonicera), if du Canada (Taxus canadensis), framboise rouge (Rubus idaeus) et les mûres. Caroline Springbeauty (Claytonia caroliniana), trille des neiges (Trille grandiflorum), anémone (Anémone spp.) violet bleu des marais (Viola cucullata), violet jaune duveteux (V. pubescens), sceau de Salomon velu (Polygonatum pubescens), sceau de Salomon étoilé (Maianthemum stellatum), poilu doux-cicely (Osmorhiza claytonii), langue d'addertion (Ophioglossum spp.), Jack-in-the-pupitre (Arisaema triphyllum), aster à grandes feuilles (Eurybie macrophylla), et les lycopodes [103,127].

Le laurier des montagnes est une espèce de sous-bois associée à forêt mixte de feuillus. Cet habitat se trouve sur des sites riches et mésiques, sur des plaines sablonneuses, des affleurements rocheux et sur les bords extérieurs des plaines inondables à l'est du Mississippi. Ces forêts supportent souvent un niveau élevé de diversité végétale [89,107,111]. Les associés de l'étage dominant du laurier des montagnes sont nombreux et comprennent le chêne rouge du nord, le chêne blanc, le chêne noir (Q. velutina), chêne écarlate (Q. coccinea), chêne rouge du sud (Q. falcata), poteau de chêne (Q. stellata), le peuplier jaune, le pin blanc, le hêtre américain, l'érable à sucre, l'érable rouge (Acer rubrum), cerise noire, tilleul d'Amérique, gomme d'odeur (Liquidambar styraciflua), cendre blanche (Fraxinus américain), frêne vert (F. pennsylvanica), tremble (Populus tremuloides), caryers (Carya spp.), tupelo noir (Nyssa sylvatica), noyer noir (Juglans noir), pin gris (Pinus banksiana), la pruche du Canada [56] et l'orme (Ulmus spp.) [12,79,128]. Les associés communs aux arbres de la canopée comprennent le cornouiller fleuri (Cornus de Floride), houx (Chêne vert spp.), le charme de l'Est (Ostrya virginiana), sassafras (Sassafras albidum), la noix vésiculeuse d'Amérique (Staphylea trifolia), redbud oriental (Cercis canadensis), kaki commun (Diospyros virginiana) et l'amélanchier. Les arbustes et les vignes de sous-étage communs incluent le smild (Smilax spp.), myrtilles, rhododendron rosebay (Rhododendron maximum), bois de cuir de l'Est, hamamélis (Hamamélis virginiana), noisetier à bec, épices (Lindera benjoin), sumac vénéneux (Toxicodendron radicans) et le raisin (Vitis spp.) [6 100].

Le laurier des montagnes est la principale espèce de sous-bois de xérique pin (Pinus spp.) -forêt de feuillus. Ce type de forêt est commun sur les pentes orientées vers le sud dans les Appalaches méridionales et centrales, les contreforts adjacents, le piémont et les plaines côtières. Ces forêts seraient fortement dépendantes des feux d'intensité modérée à élevée [112]. Cependant, la suppression des incendies, les infestations d'insectes induites par la sécheresse et l'exploitation forestière ont favorisé la dominance d'espèces de feuillus et de fourrés denses de laurier de montagne dans les peuplements de succession ultérieure [110,111]. Les peuplements de début de succession sont dominés par le pin à pin (P. rigida), Pin des montagnes de la Table (P. pungens), et/ou pin de Virginie (P. virginienne) [10,29]. Au fur et à mesure que les peuplements arrivent à maturité, d'autres espèces d'arbres associées arrivent [86] et comprennent le chêne châtaignier (Q. prinus) [27,28], chêne blanc, chêne ours (Q. ilicifolia), chêne blackjack (Q. marilandica), chêne chinkapin (Q. muehlenbergii), chêne poteau, chêne noir, pin à feuilles courtes (P. echinata), chêne écarlate, érable rouge, tupelo noir, bois aigre (Oxydendrum arboreum), châtaignier américain (Castanea dentata), robinier (Robinier pseudoacacia), les caryers et les sassafras [14,86,93,107]. Les espèces arbustives associées comprennent l'amélanchier duveteux (Amélanchier arboré), le poivron côtier (Clethra alnifolia), airelle noire (G. baccata), airelle naine (G. dumosa), airelle bleue (G. frondosa), mouton laurier (Kalmia angustifolia), gaulthérie, fetterbush (Leucothoe racemosa), myrtille (Lyonia Ligustrina), le piémontais (L. mariana), baies (Morella spp.), cerise de Virginie noire, cerise noire, sumac flamboyant (Rhus copallinum), le smilax de chat (Smilax glauca), le smilax à feuilles rondes (S. rotundifolia), la téphrosie de Virginie (Tephrosia virginiana), myrtille peu sucrée (Vaccinium angustifolium) et myrtille de coteau (V. pallidum) [5,17,57,130].

Le laurier des montagnes est une espèce commune de sous-étage de chêne (Quercus spp.)-forêts de caryer dans le sud et le centre-est des États-Unis. Les forêts de chêne-hickory se trouvent sur des dépôts de sable et sur des pentes supérieures sèches, des ravins et des crêtes d'aspect sud ou ouest [100]. Ce type de forêt couvre environ 127 millions d'acres (51 millions d'ha) ou 34 % des forêts de l'est des États-Unis. Appalaches, et à la forêt de pins feuillus au sud [110]. Les associés dominants de l'étage dominant comprennent le chêne blackjack, le chêne post, le chêne rouge du nord, le chêne blanc, le chêne noir, le chêne écarlate, le chêne rouge du sud et le chêne de dinde (Q. laevis). Parmi les autres associés de l'étage dominant, citons le caryer pignut (C. glabra), caryer noir, caryer mockernut (C. tomentosa), bardeaux de chêne (Q. imbricaire), orme ailé (U. alata), le tupelo noir et le bois aigre [12 111 128]. Les arbres et arbustes associés au sous-étage comprennent le cornouiller fleuri, les bleuets, les myrtilles et le sumac (Rhus spp.). Les plantes herbacées associées comprennent les barbons (Andropogon spp.), petit barbon (Schizachyrium scoparium) et divers carex (Carex spp.) [14 100].

Le laurier des montagnes est un sous-bois associé à forêts de pins blancs de l'Est. Ces forêts se trouvent sur une variété de sites le long d'un gradient d'humidité allant des tourbières humides et des fonds de ruisseaux humides aux plaines sablonneuses xériques et aux crêtes rocheuses. Le pin blanc forme souvent des peuplements purs, mais il est plus fréquemment présent en codominance ou en association avec des types de forêts de feuillus nordiques ou de feuillus mixtes contenant du chêne rouge du nord et/ou de l'érable rouge [111]. Dans l'aire de répartition nord de cette espèce à travers le Maine et le Nouveau-Brunswick, les forêts de pin blanc se trouvent sur des sites mésiques le long ou à proximité des tourbières. Dans les Appalaches méridionales et centrales, les peuplements purs se trouvent principalement sur les versants nord, dans les anses et au fond des cours d'eau [100]. En raison de la grande quantité d'ombre dans le sous-étage de ces forêts, les espèces herbacées et arbustives sont rares dans les peuplements purs de pin blanc. Sur les sites secs où les densités de peuplement peuvent permettre plus de lumière, les associés de sous-étage du laurier de montagne comprennent le bleuet, la gaulthérie, le chèvrefeuille, la fougère douce (Comptonia peregrina), fougère de l'ouest (Pteridium aquilinum), la lycopode et le barbon du genêt à balais (A. virginicus) [6,26]. Sur les sites riches en eau, les associés comprennent l'oxalide des montagnes (Oxalis montana), la perdrix (Mitchella repens), salsepareille sauvage (Aralia nudicaulis), Jack-in-the-pulpit, et fougère hayscented oriental (Dennstaedtia punctilobula). Les associés herbacés comprennent l'aster à grandes feuilles, le muguet sauvage (Maianthème canadense) et l'arbousier (Cornus canadensis) [103,125].

Le laurier des montagnes est couramment présent dans le sous-bois de forêt de chênes et de pins. Ces forêts se trouvent le long des plaines côtières de l'Atlantique et du Golfe, du piémont et des plaines inondables. Les pins peuvent représenter 25 à 50 % de la composition de ces forêts [126]. Les associés courants de l'étage dominant comprennent le pin à feuilles courtes, le pin à encens (P. taeda), chêne écarlate, chêne rouge du sud, chêne d'eau (Q. nigra), chêne saule (Q. phellos), le tupelo noir, le chewing-gum, le pin de Table Mountain, le mockernut et le pignut caryer, l'orme ailé, le bois acide, l'érable rouge, le hêtre américain et le frêne de Caroline (F. caroliniana). Les espèces ligneuses communes du sous-étage comprennent le cornouiller fleuri, le redbud et le kaki commun [20,91,100,110,111].

Le laurier de montagne se produit fréquemment dans "pin stérile ou plaine" communautés des plaines côtières du New Jersey et de New York [132]. Ces habitats ont une distribution limitée d'habitats dépendants du feu allant des forêts de pins aux communautés arbustives naines (< 10 pieds (3,0 m) de hauteur) [88]. Les espèces dominantes de l'étage dominant comprennent le pin pin et d'autres espèces d'arbres telles que le chêne noir, le chêne ours, le pin à feuilles courtes et le chêne chinquapin nain (Q. prinoïdes). Les arbustes associés comprennent la myrtille noire, la myrtille des collines, la myrtille (Gaylussacia frondosa), le piedmont staggerbush et le bleuet en corymbe [20,43,57,78,129].

Le laurier des montagnes est une espèce occasionnelle de sous-étage dans les hautes terres et les sites mésiques au sein de pin des marais (P. palustris) forêts et savanes. Les forêts dépendantes du feu dominées par le pin des marais sont situées dans et le long des plaines côtières de l'Atlantique et du Golfe et des régions du bas Piémont de la Géorgie et de l'Alabama [91]. Les espèces associées sur les sites de plaine côtière mésique comprennent le chêne rouge du sud, le chêne blackjack, le chêne aquatique, le cornouiller fleuri, le tupelo noir, le sweetgum, le kaki et le sassafras. Les espèces associées sur les sites des dunes xériques comprennent le chêne dindon, le chêne bluejack (Q. incana) et le chêne vivant (Q. virginiana). Les arbustes associés comprennent l'inkberry (I. glabra), yaupon (I. vomitoria), grosse myrtille (I. coriacea), baies du sud (Myrica cerifera), myrtilles, myrtilles, mûres, palmier-scie (Serenoa repens), sweetbay (Magnolia virginiana), cyrille (Cyrilla racemiflora) et le sarrasin (Cliftonia monophylla). Dans l'aire de répartition ouest du pin des marais, le couvre-sol comprend des barbons et des panicules (Panique spp.). Dans son aire de répartition orientale, Pineland threeawn (Aristida stricta) est le principal couvre-sol [20,92,100].

Les classifications décrivant les communautés végétales dans lesquelles le laurier des montagnes est une espèce dominante sont les suivantes :

Caroline du Nord [11,16,82,100]
Caroline du Sud [1]
Tennessee [11,16,100]
Virginie-Occidentale [46]
Virginie [16,46,100]
Montagnes Blue Ridge [80]


Jardins de Kalmia, Caroline du Sud

Visité la beauté naturelle des jardins de Kalmia le 06/02/2021 avec mon amie Laura. Le jardin est situé à Hartsville, SC. Bien que nous soyons en février et que le paysage soit principalement brun, quelques fleurs de camélia ont égayé le jardin. Nous avons apprécié marcher sur la promenade près du marais, vérifier le puits artésien, observer la structure créée pour gérer les eaux pluviales, les sentiers spongieux, le lustre et les artefacts suspendus dans les bois près du centre d'éducation, les oiseaux autour des mangeoires pour oiseaux, etc.

L'histoire documentée du jardin de Kalmia remonte à l'époque des pionniers lorsque le roi George III a accordé à Benjamin Davis la superficie sur laquelle se trouve le jardin. La propriété a échangé de nombreuses mains jusqu'à ce qu'elle soit négligée, elle a été donnée à Mme May Coker. Mme May a entrepris de créer un magnifique jardin après avoir fait appel à la population locale. Le jardin est ouvert au public depuis 1935. Il a été donné au Coker College en 1965. La visite est gratuite et je vous le recommande vivement. Sa beauté transcende les saisons pour que vous puissiez vous y rendre à tout moment.


“A Histoire personnelle :De la ferme Mayfields à Hawthorn Hills & #8221

Je me souviens de ces moments où la vie était plus lente, plus douce. À bien des égards, il liait les gens entre eux. Par exemple, le lait n'était pas quelque chose que vous achetiez sur une étagère au supermarché. Votre sympathique laitier l'a livré, avec de la vraie crème et du beurre. Et il n'a jamais oublié d'apporter des friandises pour les enfants et les chiens le long de son parcours.

En 1943, Bert Browning et sa femme, Sara, ont décidé d'étendre la portée de leur entreprise, une ferme laitière locale et une usine de transformation appelée Kalmia Dairy. Ils ont acheté la ferme laitière Hicks McCrary située sur Brevard Highway, à environ trois milles à l'ouest de Hendersonville, en Caroline du Nord. Cette nouvelle propriété se composait de 103 acres avec une grande ferme à côté du plus vieux chêne de la région. Deux granges et quatre petites maisons de locataires se trouvaient à proximité.

photo avec l'aimable autorisation de la famille Browning

Étant donné que la ferme et Kalmia Dairy ont toutes deux été achetées au mois de mai et que l'anniversaire de Bert et Sara était également en mai, ils ont renommé leur nouvelle acquisition Mayfields Farm. Quelque 70 bovins Guernesey et Holstein paissaient dans les pâturages bien entretenus. Les clôtures en tableau blanc ont rapidement remplacé le fil de fer barbelé. Trois autres granges et deux silos ont été ajoutés. La seule grange qui reste aujourd'hui était une grange d'alimentation. Le sol du grenier était en bois dur pour les danses carrées qui se déroulaient en été, avant que le foin ne soit séché et stocké. Pour la plupart des danses, la musique provenait d'un système de sonorisation et d'un disque 78 tours de "Down Yonder" interprété par les Skillet Lickers.

La Brevard Highway était plus étroite de quatre pieds dans les années 1940 qu'elle ne l'est aujourd'hui. Avec des épaules plus larges et beaucoup moins de circulation, nous y avons roulé à cheval sans aucun problème de sécurité. Pour l'entraînement, il y avait un manège à côté du ruisseau derrière la maison au 210 Heathcote Road.

Une partie de la route d'entrée d'origine des granges est maintenant la seule allée privée qui s'étend directement à partir de l'autoroute Brevard. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des groupes de prisonniers allemands détenus dans le comté de Henderson ont été envoyés travailler dans des fermes. Et jusqu'en 1962, lorsque Bert a décidé de l'habiller d'un parement de roche, vous auriez vu les initiales « P.O.W. » sur le ponceau en béton sous cette allée, un héritage des jeunes Allemands qui l'ont installé.

« Les quelques années suivantes ont été consacrées à la planification du lotissement que nous apprécions maintenant. »

Bert a vendu Kalmia Dairy en 1957, y compris le bétail de Mayfields Farm. Mais pas la terre. Il avait toujours dit que les collines étaient plus propices au développement qu'à l'agriculture. Les années suivantes ont donc été consacrées à la planification du lotissement dont nous jouissons maintenant.

L'achat de 97 acres de zone boisée, maintenant Heathcote Road, a porté la superficie totale à 200. William Pitkin, un architecte connu pour avoir aménagé Shaker Heights dans l'Ohio, a été embauché pour plaquer les routes et les lots. C'est M. Pitkin qui a donné à Bert et Sara l'idée du nom de la subdivision lorsqu'il a dit qu'il n'avait jamais vu autant d'aubépines au même endroit. Bert était satisfait du nouveau nom, Hawthorn Hills, mais a toujours été dérangé par les gens qui ont insisté pour ajouter un “e” à la fin de Hawthorn. Nathaniel aurait pu être content, mais pas Bert.

Le lac Archer a été construit en 1962. En 1963, la première partie de Hawthorn Drive a été nivelée et pavée. Il allait de l'autoroute à la grange tandis qu'en même temps le chemin Browning était établi jusqu'à l'allée du 309 Browning. Bert a construit la première maison en 1963 au 110 Hawthorn Drive. Au fil des ans, il a été l'entrepreneur de 16 maisons. Certaines étaient des maisons spécifiques pour donner le ton à la région, mais la plupart ont été construites pour des propriétaires spécifiques.

De par sa conception, Hawthorn Hills s'est développé lentement. Pendant 30 ans, pas plus de deux lots ont été vendus en une seule année. Bert aimait la terre et puisqu'elle comportait un prix de base des terres agricoles, il avait une excuse pour la vendre très lentement.

Trois autres étapes distinctes de développement ont suivi la première. Vers 1969, Heathcote Road et Gregory Way ont été construits et Browning Road a été prolongé pour les rencontrer. En 1977, la « route des prés » a été construite, prolongeant Hawthorn Drive depuis la grange jusqu'à Browning Road. Puis Riding Gate Road et le reste ont été créés en 1993.

Hawthorn Hills disposait d'un système d'approvisionnement en eau privé jusqu'en 1990. Au début, l'eau provenait d'une source au-dessus du lac Virginia qui alimentait deux grands réservoirs et s'écoulait par gravité vers les résidences. En 1973, l'eau de source a été complétée par de l'eau de puits. À mesure que la demande augmentait, la station de pompage sur Heathcote a été construite et nous avons puisé dans le réseau d'aqueduc de la ville d'Hendersonville. Bert s'est assuré que toutes les résidences avaient des compteurs approuvés par le service des eaux, et c'était mon travail de les lire chaque mois et de m'occuper de la facturation. En 1990, cependant, le coût pour Browning Enterprises est devenu prohibitif. La Commission des services publics aurait approuvé des tarifs beaucoup plus élevés, mais nous avons décidé de confier la station de pompage et le système à la ville d'Hendersonville, plutôt que d'imposer ce fardeau aux résidents.

“La famille Hawthorn Hills a grandi et prospéré.”

C'est en 1965 que Sara et Bert ont construit la maison de leurs rêves au 304 Browning Road. La brique de l'étable de traite a été utilisée dans sa construction. Des carreaux de plomb provenant d'un petit chalet sur le site du 116 Hawthorn Drive flanquaient la nouvelle porte d'entrée. D'autres objets précieux provenant de divers endroits ont été incorporés dans la maison, et elle était remplie de belles antiquités. Bert et Sara ont plaisanté en disant qu'ils devraient appeler la maison “Leftovers.”

Travailler dans son jardin était l'amour de Sara. Le terrain était un lieu de spectacle et Sara pouvait être vue tous les matins, si le temps le permettait, s'occuper de la cour et rendre visite aux passants. Sûrement, Bert et Sara partagent notre plaisir qu'il soit maintenant détenu et aimé par leur petit-fils, Parker Browning.

Sara a également développé et entretenu les plantations aux entrées de Hawthorn Hills, le long de la route et autour du lac Archer. Pendant que Sara jardinait, accueillait de nouveaux résidents et organisait des fêtes mémorables, Bert était également très occupé. Il traversait la subdivision chaque jour en s'assurant que tout était en forme de navire et qu'aucun membre égaré n'était tombé pour gâcher le paysage. Avec amour au fil des ans, Bert a veillé à l'entretien des routes, des lacs, des entrées et des terrains communs. Tous les plans de construction et de site devaient recevoir son approbation, et on rappelait souvent aux entrepreneurs qu'aucun déchet ne devait être éparpillé sur un chantier. Il a même frappé aux portes et a demandé aux résidents d'adhérer à ses normes élevées. Il était affectueusement connu sous le nom de « despote bienveillant ».

La famille Hawthorn Hills a grandi et prospéré. Le premier pique-nique du 4 juillet a eu lieu en 1978, sous notre grand vieux chêne, suivi en décembre du premier rassemblement de Noël au Hendersonville Country Club. Le déjeuner cette année-là était de 6,50 $ par personne, champagne compris !

Aimée de tous ceux qui l'ont connue, Sara est décédée en 1983. Bert est resté dans leur maison. Il a poursuivi sa vie active dans la communauté, bien qu'à ce moment-là, la plupart de la gestion de la subdivision ait été prise en charge par ses enfants – Bert III (Downtown Bert) et moi. Même après qu'il n'ait plus pu conduire sur les autoroutes, Bert a été vu chaque jour en train de traverser Hawthorn Hills pour s'assurer que tout était en ordre.

La dernière maison que Bert a construite était une maison sur mesure au 302, chemin Browning, en 1987. Comme toujours, il s'attendait à ce que les charpentiers soient au travail et travaillent à 8 h. Les pauses café et cigarettes n'étaient certainement pas nécessaires à son avis, d'autant plus qu'il était lui-même au travail toute la journée avec seulement une courte pause pour le déjeuner. Bert avait 86 ans à l'époque.

En 1996, Bert a subi une mauvaise chute qui l'a obligé à résider dans un établissement de soins assistés. Cependant, après avoir récupéré, il est sorti pendant la journée et a continué à construire les beaux meubles dans son atelier qui était son passe-temps depuis 1944. Bert est décédé l'année suivante à l'âge de 96 ans. Sa longue et pleine vie a été célébrée avec un grand service commémoratif tenu près du vieux chêne où se trouvait la ferme d'origine. Une époque était terminée.

C'est l'espoir de la famille Browning que chacun de vous profite des fruits de notre travail et que vous ayez de nombreuses années heureuses en tant que résidents de Hawthorn Hills. Pour reprendre les mots de feu Frank Ewbank, à l'occasion du 95e anniversaire de Bert :

“Nous connaissons tous Bert,
il est surtout joyeux.
Acheté des vaches pour sa laiterie Kalmia.
Puis j'ai acheté du pâturage
pour que ses vaches puissent se nourrir
et acheté le terrain
serrure, stock et acte.
Vendu cette terre aux Jacks and Jills
aujourd'hui, nous l'appelons Hawthorn Hills!”


La mort du syndrome du foulard blanc

NPR a publié il y a quelques semaines un article sur le fait que l'US Air Force forme désormais plus de pilotes de drones que de pilotes de chasseurs et de bombardiers réunis. Ce fait reflète la réalité selon laquelle l'utilisation des drones augmente tandis que l'utilisation des avions conventionnels diminue. Cela signifie également que la Force aérienne doit remodeler sa culture pour tirer le meilleur parti des deux forces. Il y a toujours eu des hiérarchies dans la culture de l'Air Force, avec diverses communautés de vol montant et descendant à mesure que les missions de l'Air Force changeaient. Dans L'ascension des généraux de chasse, Michael Worden a montré comment la première armée de l'air d'après-guerre était dominée par des pilotes de bombardiers du Strategic Air Command, et comment ils ont été remplacés par des pilotes de chasse à la fin des années 1960 et dans les années 1970. L'Air Force a eu du mal à fusionner différentes communautés de vol : combiner le sauvetage aérospatial et les opérations spéciales dans le Military Airlift Command 23 Air Force a été la plupart du temps un échec, tandis que l'union des communautés de transport aérien long-courrier et de ravitaillement en vol dans l'Air Mobility Command a nécessité un effort délibéré de hauts dirigeants de fusionner les deux groupes.

Traiter avec les pilotes de RPV sera probablement un peu plus difficile. La sagesse conventionnelle est que les pilotes n'aiment pas les RPV parce qu'ils sortent les humains du ciel et les collent au sol, ce que Thomas Ehrhard appelle le « syndrome du foulard blanc » (en hommage aux foulards portés par la Première Guerre mondiale). et aviateurs de l'entre-deux-guerres). La raison pour laquelle les projets RPV échouent, affirme le syndrome, est que l'Air Force les affame pour éviter la concurrence avec ses avions pilotés. Dans ses recherches sur le développement des drones, Ehrhard (qui était officier ICBM dans sa carrière en service actif) affirme qu'il n'y a aucune preuve que le syndrome du foulard blanc ait jamais eu beaucoup d'influence sur le développement des drones de l'USAF (ses recherches sont disponibles dans un detailed PhD dissertation from Johns Hopkins, or in a much shorter pamphlet from the Air Force Association’s Mitchell Institute). Instead, the problem is that they tend to lack an institutional constituency and end up without consistent advocates. The quintessential example of this in Ehrhard’s dissertation actually comes from the US Navy. The Navy’s rone UNEnti-Submarine Helicopter (DASH) belonged to the destroyer community, while all the skills and equipment necessary to make it effective (jet mechanics, a training pipeline for pilots, permission to use airspace over the US task force) belonged to the aviation community. Without enough support for training, DASH crashed – a lot – and that made it into a liability for the commanders of the ships it flew from. In the end, no one was unhappy to see it go – and the destroyers got a manned anti-submarine helicopter that was supported by the aviation community.

The Air Force has already taken steps to make sure that RPVs get the institutional support they need. While earlier generations of drone operators already had experience flying conventional aircraft, the new generation is going straight to drones. Starting in 2008, drone pilots began going through a drone-only undergraduate RPV course which takes half the time of conventional Undergraduate Pilot Training. Despite that, they are considered rated pilots, wear the same flight suits as other pilots when operating their aircraft, and get the same flight physicals and incentive pay. That makes the RPV community equal to fighter, bomber and airlift pilots.

Will this situation last if fewer US troops on the ground means less demand for drones overhead? Sending operators straight to drones is only one of the ways that the Air Force has loosened its requirements that key tasks be performed only by pilots. Since the creation of the USAF in 1947 it has always insisted that only rated combat fliers (at first fighter, now also bomber pilots and air battle managers), could serve as Air Liaison Officers with Army units. Just this year, it opened the position to non-rated officers for the first time. Only time will tell, but my guess is that operating RPVs is here to stay as a distinct USAF career path.


Kalmia III ATA-184 - History

VAULT A75, Kalm., Unit 2


Left-click on image to see full view of plan.

EXTENT: .625 linear feet (1 container)

ORGANIZATION: Six series: I. General records, 1953&ndash1983 II. Maps and plans, 1951&ndash1974 III. Quantitative reports, 1961&ndash1973 IV. Extension records, 1953&ndash1972 V. Meter installation records, 1974-1981 VI. Keys.

HISTORY: Conantum was the first large real estate development in Concord, built in the 1950&rsquos and managed by the Kalmia Woods Corporation. Town inhabitants didn&rsquot welcome the enterprise, and its authorities refused to connect Conantum to their water system. Thus, its 100 residents built their own system, and the Kalmia Woods Water District became the smallest one in Massachusetts. As early as 1953, they started to fluoridate the drinking water, among the first water supplies to do so. Thirty years later, after years of preparation, the district was dissolved and the town took over, in 1983.

SCOPE AND CONTENT: Records (1953&ndash1983) include: minutes, management reports, financial statements, balance sheets, memoranda, correspondence, e.g., with all or individual residents of Conantum, the Town of Concord (Department of Public Works), Commonwealth of Massachusetts, and others (accountants, insurance company, lawyer, etc.). Also: maps, plans, drawings, quantitative reports, notes, advertisements, invoices, charts, and keys. Series IV consists of records relating to petitions to extent the area of the water district. The records are fragmentary and may be supplemented with records concerning the water district in the Records of Kalmia Woods Corporation, 1951&ndash<1996>.

SOURCE OF ACQUISITION: Gift of Bette Aschaffenburg, fall 1999.

ASSOCIATED MATERIALS: Records of Kalmia Woods Corporation, 1951&ndash<1996> (Series IV. Water District, 1953&ndash1996), and Records of the Conantum Garden Club, 1953&ndash1995.

NOTES/COMMENTS: Accessioned on November 25, 2000 AMC 046.

PROCESSED BY: Ásdís Káradóttir, November 2000 finding aid prepared in December 2000.

CONTAINER LIST

SERIES I. General records, 1953-1983

Folder 1.
1953-1974, includes correspondence, minutes, finances, system evaluation, renovation, and metering.

Folder 2 .
1975&ndash1981, includes net consumption costs, correspondence, memoranda, minutes, balance sheets, management reports, and financial statements.

Folder 3.
1982&ndash1983, includes correspondence with lawyer and the Town of Concord, regarding the dissolution of the district, and with public accountants, memoranda, and financial reports.

SERIES II. Maps and plans, 1951-1974

Folder 4 .
Maps, 1951&ndash1974 (7) plans of land in Conantum and Concord, plans showing water easement, hydrants and hose boxes, street valves and hydrants, etc.

Folder 5.
Plans from 1955 and 1957 of the water system connection to each house of the district, with later annotations (1970&ndash1971), regarding which plans are ok and which require pole no. or other fixes.

SERIES III. Quantitative reports, 1961-1973

Folder 6 .
Reports on fluoridation, 1961&ndash1970, made weekly and sent to the State Department of Public Health every month, and instructions regarding the fluoridation..

Folder 7.
Water analysis reports, made weekly to the Massachusetts Public Health, 1961&ndash1970, and 3 from 1973, and instructions for submitting routine chemical samples.

SERIES IV. Extension records, 1953-1972

Folder 8.
General, 1953&ndash1954 includes petitions and correspondence with individual residents of the district.

Folder 9.
Franklin R. Johnson, 1970&ndash1972 includes the petition of Mr. and Mrs. Johnson, and their correspondence with the commissioners of the district, regarding the inclusion of the Johnson&rsquos property.

SERIES V. Meter installation records, 1973-1981

Folder 10.
Series includes correspondence, notes, invoices, and a meter installation chart of neighborhood.

SERIES VI. Keys.

* Keys to storage room and water meter pit, kept in a separate box, within the container.


Kalmia Gardens

The Pee Dee region is not known for it mountainous vegetation, yet a bluff between 60 and 80 feet high in Hartsville, created by the ancient fall line of the sea when it lapped the shoreline that once existed here millennia ago, is home to an abundance of mountain laurel. The mountainous plant, Kalmia latifolia, gives the bluff and its surrounding property the name of Kalmia Gardens.

Two hundred acres of land along the Black Creek, which included the towering bluff, was granted to Benjamin Davis in 1772 by King George III. The property was subdivided and sold off in parcels, and in 1817 Thomas Edwards Hart of Society Hill bought 900 acres here, which included the original Davis property. He and his wife, Hannah, built their home in 1820 – known today as the Hart House – and established Kalmia Plantation on the fertile soil of the Pee Dee, primarily growing cotton and tobacco.

The Harts acquired more land over the years, bringing the plantation to 1,223 acres. Thomas Hart became the community’s Post Master, and by 1837 the town was called Hartsville. Thomas Hart died in 1842, and the property remained with Hannah until she sold it in 1859 to her son-in-law, Thomas Law. It eventually was subdivided and changed hands over the decades, and over time the Hart House and its surrounding property fell into disrepair.

In the early decades of the twentieth century, Dr. William Chambers Coker, son of local luminary Major James Lide Coker, was fascinated with the vegetation that grew at the former plantation. Dr. Coker was chairman of the botany department at the University of North Carolina at Chapel Hill and had studied the plant community in Hartsville, even publishing a book on the town’s flora called The Plant Life. In 1932 he purchased this property – then 44 acres – and gave it to his sister-in-law, Mrs. May Roper Coker, an enthusiastic horticulturalist. “Miss May,” as she was known locally, renovated the Hart House and created the spectacular gardens that grace the bluff today, opening them to the public in 1935.

The wrought-iron gates that greet visitors honor Miss May. The entrance gate bears her initials and was dedicated by her family in 1992. Other gates created in 1935 by Mrs. Frank Tyldesley of Wales depict camellias, Miss May’s favorite flower. It is fitting that the property’s namesake flower, Kalmia latifolia, blooms in the month of May.

Miss May had a generous spirit, and in 1965 she donated the house and 28 acres of the grounds to nearby Coker College (now Coker University). Today the gardens serve as an outdoor classroom for the liberal arts school and remain open to the a public for all interested in studying the native and introduced plants that Miss May personally cultivated on this unusual bluff in the Pee Dee.

Kalmia Gardens is listed in the National Register:

The Thomas E. Hart House is significant as an excellent local example of an early nineteenth century I-House and for its association with Thomas Edwards Hart (1796-1842), the prominent Darlington County planter for whom Hartsville was named. The house is a central feature of Kalmia Gardens (ca. 1932), which is significant as a designed botanical garden of the early twentieth century and is the only known such garden in South Carolina.

The house was built ca. 1817 by Hart, soon after he moved to this site on Black Creek and acquired a tract of some nine hundred acres. The house is of heavy timber frame construction with weatherboard siding. It is two-stories with a rectangular plan, lateral gable roof, and exterior end chimneys. A one-story, hip roof porch extends across the full façade and wraps to the right elevation. A one-story addition was made to the rear ca. 1932. The property immediately surrounding the Hart House includes a ca. 1932 frame, hip roof contributing building. Kalmia Gardens consists of 28 acres of natural and planted flora, and designed features such as a pond and paths. The garden is located on an eighty-foot bluff on Black Creek. This unique topography creates the setting for the indigenous growth of mountain laurel (kalmia latifolia), which is the main theme of the garden.


AVAILABLE PROPERTIES

The Rancon Group’s current 5-year inventory of Available Properties includes more than 7,500 residential lots in various phases of development from finished lots to entitled maps. In addition, we have more than 1,787,000 square feet of Class A office, industrial and retail/commercial properties available in prime locations.

Featured Property

MURRIETA HOT SPRINGS is an unique opportunity to purchase ±18.05 acres for commercial development. The site is well-positioned on a heavily traveled corridor surrounded by a residential community and presents a tremendous opportunity to capture the immediate and future demand for medical, professional office and retail development in the area. The importance of Date Street is that it will be a part of the new French Valley Parkway, taking traffic from Murrieta Hot Springs Road to a new interchange at Interstate 15. The configuration of this property with the new road is such that a 5.63 acre parcel will be created that can be sold independantly of the 18.05 remaining acres.


Pontotoc County, MississippiGénéalogie et histoire

The soil series found in the Pontotoc Ridge includes:

GREENVILLE -- red upland soils, with red clay subsoil

ORANGEBURG -- gray to orange-red upland soil, with red, friable subsoil

RUSTON -- grayish brown upland soil with brownish-red mottled subsoil

PHEBA -- grayish-brown upland soil with yellow, silty clay subsoil

SUSQUEHANNA -- gray to brownish-colored upland soil, with gray to red mottled sticky clay subsoil

MYATT -- gray terrace soil, with whitish, pebbly subsoil

KALMIA -- grayish-brown terrace soil with yellow subsoil

CAHABA -- brown terrace soil, with yellowish-red subsoil

COLLINS -- brown to light-gray alluvial bottom soil, with light gray pebbly subsoil

OCHLOCKONEE -- brown alluvial bottom soil, with yellow and gray mottled subsoil

In the Flatwoods area the soil series includes:

LUFKIN --gray to brown Flatwoods upland soil, with gray to yellowish brown subsoil, and PHEBA, MYATT, KALMIA, OCHLOCKONEE, and COLLINS, which are the same for this area as the Pontotoc Ridge.

In the Prairie area the soil series includes:

HOUSTON -- Black Prairie upland soil with yellow, gray, or greenish colored subsoil

SUMPTER -- yellow-brown upland soil with greenish yellow subsoil

OKTIBBEHA -- Red Prairie or Post Oak, a reddish brown soil with mottled subsoil

The PHEBA, MYATT, KALMIA, BLACK ALLUVIAL, CATALPA-BROWN ALLUVIAL are the same types of soil in this as in the other regions of the county. (1)

(1) Dr. Clarence Dorman, State College, Miss.

J. C. Scott, appraiser for Federal Land Bank, New Orleans, La.

J. H. Brooks, junior soil conservationist, Pontotoc, Miss.

Back Contents Next

The USGenWeb Project was begun in 1996 to provide free internet access to genealogical data for every county in the United States. Volunteers coordinate the collection of databases and individual county and state web pages. There is no fee or charge of any kind to view the information posted on project pages and no subscription is required. You may print any of these pages for your own personal use so long as you include this statement on each page.

Copyright 2001 - 2008 by Pamela J. Gibbs, maintaining 2008 until present Peggy A. Young, except where otherwise noted.


Voir la vidéo: Library of Ruina speedrun by RW-771 part 12 (Décembre 2021).