Des articles

Les médecins en tant que diplomates au sixième siècle après J.-C.

Les médecins en tant que diplomates au sixième siècle après J.-C.

Les médecins en tant que diplomates au sixième siècle après J.-C.

Blockley et R. C.

Florilegium, Volume 2 (1980) 89-100

Abstrait

La médecine dans le monde romain était une science grecque, et la majorité de ses praticiens étaient, et continuaient à être, des hommes d'origine et de culture grecques, sinon d'origine grecque. Les Grecs eux-mêmes avaient diverses opinions sur les médecins et la médecine, peut-être le plus souvent défavorables. La ligne homérique, «Un médecin est un homme qui en vaut beaucoup d’autres» (12. 11.514), est plus que contrebalancée par le scepticisme de Platon quant à la valeur sociale d’une grande partie de la médecine {Rep. Ill.405A-10B) et le chœur continu de plaintes pour charlatanisme et frais exorbitants. Les Romains, se méfiant comme souvent des compétences étrangères et de ceux qui les professaient, traitaient généralement les médecins grecs avec réserve, en s'en servant. La majorité des médecins parmi les Romains étaient de statut relativement bas, esclaves ou affranchis attachés aux grandes maisons, bien que certains des médecins célèbres de la fin de la République et du début de l'Empire soient nés libres.

 


Voir la vidéo: FCA CR VIDEO REFRESHER COURSE SESSION 11 (Septembre 2021).