Livres

REVUE DE LIVRE: Edric the Wild

REVUE DE LIVRE: Edric the Wild


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

REVUE DE LIVRE: Edric the Wild

Auteur: Jayden Woods

Examen par: Sandra Sadowski

Edric le sauvage continue la saga familiale d'Edric Streona et de Godric Godwinson en présentant l'histoire d'Edric Godwinson à la veille de la conquête normande. Le livre se concentre sur deux protagonistes principaux: Edric Godwinson, un anglo-saxon, et son ennemi juré, Osbern FitzRichard, un normand. Les deux grandissent ensemble et Edric met un point d'honneur à rendre la vie d'Osbern misérable car il n'aime pas la présence normande et le point de vue d'Osbern que les Saxons devraient simplement soumettre, reconnaissant pour le style de vie normand cultivé qui leur est accordé. Le livre commence par établir leur animosité à vie avec une bagarre dans un bar et un incident tragique. Au début du livre, Edric semble être le vainqueur facile d'un Osbern maladroit, arrogant et handicapé, mais au fur et à mesure que l'histoire avance, le vent tourne contre Edric et Osbern émerge quand il devient un puissant seigneur qui gagne le dégoût du local.

Le livre va et vient entre Edric et Osbern et leurs expériences à l'époque de la conquête normande. Malgré leurs efforts pour se débarrasser les uns des autres ou s'éviter les uns les autres, leurs histoires sont intimement liées. Osbern se rend compte qu'il a besoin d'Edric et Edric est redevable à Osbern - une situation inconfortable pour les deux c'est le moins qu'on puisse dire. Osbern souffre de visions prophétiques qui, selon lui, prédisent l'avenir et dictent ses actions. Lorsqu'il agit selon ces «messages», les conséquences peuvent être sinistres et dangereuses. Il est accompagné de Geoffrey, un chevalier qui a de sombres prédilections pour la violence et une soif de sang inextinguible qui pousse même Osbern à se méfier de lui. J'ai apprécié le personnage de Geoffrey - il est très mauvais, très sombre et très effrayant = très bon. C’est un personnage secondaire, mais il a beaucoup de «temps d’écran» dans le roman. J'ai apprécié que Woods ait abordé ce type de personnage - un personnage rarement vu dans les romans. Geoffrey n'est pas seulement votre chevalier violent typique ou une brute peu recommandable qui viole et pille - il est intelligent, attentif et tout simplement effrayant. J'ai trouvé certaines de ses scènes et ce que sa personnalité insinuait glaçante. Ce n'est pas quelqu'un avec qui vous tourneriez le dos ou avec qui vous voudriez rester seul pendant cinq minutes. Il est l'un des personnages les plus intéressants du livre et, curieusement, l'un de mes préférés.

Edric est un héros assez typique. Il est conflictuel et sympathique et un "bon gars" qui essaie de trouver son chemin. J'ai lu son genre de personnage dans de nombreux autres romans. Il joue un personnage "Robin Hood-esque" et sans surprise, lutte contre les démons intérieurs et grandit en tant que personne. Il a des aventures intéressantes et des choses passionnantes lui arrivent au cours de sa lutte avec les Normands et Osbern, mais dans l'ensemble, j'ai trouvé Edric plutôt stéréotypé. Cela ne veut pas dire qu’il était un personnage mauvais ou mal écrit, c’est juste qu’il n’a pas suscité beaucoup de réaction ou d’attachement comme l’ont fait Godric (son père), Geoffrey ou Osbern.

Osbern était intrigant et compliqué. Il est tourmenté par des visions qu'il croit être les voix des anges et des saints qui lui donnent des instructions. Parfois, ses scènes de vision étaient longues mais je me plais à le haïr et à l'encourager en même temps tout au long du livre. Vous pourriez mépriser Osbern et à d'autres moments, vous pourriez vraiment sympathiser avec lui. Il essaie très fort de faire «bien» les choses dans sa vision du monde mais finit toujours par être déjoué d’une manière ou d’une autre. Il n’est certainement pas unidimensionnel et sa personnalité conflictuelle fait de lui un personnage dans lequel le lecteur s’investit. Edric dans l’ensemble est plus «sympathique» mais il n’est certainement pas aussi intéressant qu’Osbern.

Les femmes du roman, Mae, Nesta, Osgifu et Audrey sont des acteurs secondaires mais ont des rôles importants à jouer en tant qu'intérêts amoureux, influences majeures et rebondissements spectaculaires dans la vie d'Osbern et d'Edric. Woods pimente également son roman avec des personnages comme Guillaume le Conquérant et Edgar l'Aetheling pour donner le ton historique de l'histoire.

L'écriture, comme dans les œuvres précédentes, rappelle un style YA / fantasy et il n'y a rien de mal à cela. Cela permet une lecture assez rapide et amusante. Il regorge d’action, d’aventures, de complots et de rencontres sexy! Le roman n’est pas lourd mais il est très détaillé. Cela conduit à ma seule plainte; le livre est long, plus de 700 pages. C'était agréable mais cela aurait pu être condensé. Si vous cherchez une aventure amusante à l'époque anglo-saxonne Edric le sauvage fournit juste cela aussi bien une leçon d'histoire agréable. Le livre est disponible en format papier et Kindle 2 octobre 2012 sur Amazon.com.

Voir aussi notre entretien avec Jayden Woods et mes critiques de ses autres livres Godric le Kingslayer et Eadric le Grasper


Voir la vidéo: Artist Carole Thorpe-Gunner - Wild Edrics Breakfast (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Damario

    En suivant la loi du sandwich, nous pouvons conclure que si un sandwich est enduit des deux côtés, il restera suspendu dans les airs. Quel âge a ton garçon manqué ? Seize? Oui, il est trop tard pour se faire avorter... Si l'ennemi n'abandonne pas, on le relance ! Ne jetez pas les gobies dans les urinoirs, on ne pisse pas dans vos cendriers pour piétiner KLAVA - ce n'est pas à vous de vous adonner au JOYSTICK... Schaub, vous avez vécu comme vous êtes pauvre ! La vie est si courte ! Soyez patient un peu ! Le vent soufflait si fort que les cigarettes se sont éteintes avec leurs dents ...

  2. Saeger

    Peut-être que je serai d'accord avec votre opinion

  3. Padriac

    Bravo, tu n'as pas tort :)

  4. Gogore

    Naturellement, merci pour une explication.



Écrire un message