Podcasts

Byzance et la première croisade: trois voies d'approche

Byzance et la première croisade: trois voies d'approche


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Byzance et la première croisade: trois voies d'approche

Par Jonathan Harris

Estudios bizantinos, Vol.2 (2014)

Résumé: Un thème récurrent dans l'historiographie de la première croisade est celui de l'empereur byzantin demandant au pape Urbain d'envoyer un petit contingent contre les Turcs et de recevoir à la place de vastes armées sur lesquelles il n'avait aucun contrôle. La croisade était donc totalement inattendue et l'empereur n'a joué aucun rôle dans sa genèse. Des travaux récents ont remis en question cette thèse et d'autres approches ont émergé. Une deuxième théorie soutient qu'il s'agissait d'un nouveau départ en politique étrangère. L'empereur était en fait profondément impliqué dans les origines de la première croisade et a joué un rôle de premier plan dans l'élaboration de ses idéaux et de ses objectifs. La troisième approche a une portée plus modeste: elle fait valoir qu'il était certainement impliqué mais qu'il ne s'agissait pas d'une innovation sans précédent, simplement de l'extension d'une réponse éprouvée à la crise. Cette réponse impliquait de rechercher des alliés extérieurs, de leur fournir une incitation financière et même d'apporter un élément spirituel dans l'accord. C'était l'utilisation de la dernière de ces tactiques standard qui devait conduire à des malentendus entre l'empereur byzantin et les croisés.

Introduction: Dans son Decline and Fall of the Roman Empire, Edward Gibbon (1737-1794) raconte la fable d'un berger qui, ayant soif sous le soleil indien, pria les dieux pour l'eau. Les divinités obligeantes ont répondu à sa demande, mais pas de la manière qu'il attendait. Ils ont détourné le Gange et les eaux de crue ont emporté le troupeau du berger et sa maison. Gibbon raconte l'histoire afin de comparer l'empereur byzantin Alexios I Komnenos (1081-1118) avec le berger malchanceux. Alexios avait envoyé des envoyés au pape Urbain II au concile de Plaisance en 1095 pour lui demander s'il encouragerait certains chevaliers occidentaux à entrer au service byzantin et à lutter contre les Turcs seldjoukides. Au lieu de cet ajout utile à ses forces, il reçut le véritable déluge de la première croisade.


Voir la vidéo: Penser Dieu au Moyen-Âge (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Shaktilar

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux le prouver. Écrivez dans PM, nous parlerons.

  2. Denzell

    Je suis assuré que vous n'avez pas raison.

  3. Brion

    Cette magnifique phrase doit être délibérément

  4. Pirro

    Je veux dire que tu as tort. Entrez, nous en discuterons. Écrivez-moi dans PM.

  5. Devland

    Je pense que vous n'avez pas raison. Je peux le prouver.

  6. Yolkis

    Félicitations, quels mots ..., excellente idée



Écrire un message